Menu Fermer

Page 2 of 4

Écrire dans un carnet, un plaisir et des bienfaits

Temps de lecture : 3 mn
L’écriture, quel outil précieux pour communiquer. Elle est parvenue tardivement dans l’histoire de l’humanité, puisque ses plus anciennes traces datent de 3 600 av J-C, et a permis de faire la distinction entre la Préhistoire et l’Histoire, en permettant de laisser une trace de cette dernière. Actuellement, les supports d’écritures sont nombreux et on tend à informatiser l’information écrite. Malgré cela, écrire reste une activité courante de la vie, que cela soit sur un post-it, un tableau ou dans un carnet. Depuis quelques temps, on retrouve un engouement pour l’écriture dans un journal. À mon niveau, cette activité m’est venue à la fin de mes études et m’a également permis de tenir bon lors de ma dépression. J’ai décidé de vous présenter aujourd’hui les différents carnets que j’utilise plus ou moins fréquemment, et les avantages que j’en tire au quotidien.

Écrire pour m’organiser

Vous devez être au courant de mon inclinaison pour le « Bullet Journal » . J’ai démarré une série entièrement dédié à cet outil de planification dans un précédent article. Non seulement cet outil me permet de ne pas oublier les tâches que je désire accomplir, et il a même le don de satisfaire ma créativité et mon côté maniaque. Le BuJo est évolutif, adaptable, accessible et demande peu de ressources. Il est aussi très pratique pour noter n’importe quel type de listes, appelées « collections » dans le milieu. J’aurais tout le loisir de vous le présenter en détail dans de prochains articles 😉.

Écrire pour libérer ma pensée

Je possède un carnet depuis le début de ma dépression. J’avais par le passé déjà écrit dans des journaux, où je glissais sur le papier mes questionnements et réflexions. Cet énième journal intime est toujours avec moi, bien que je le remplisse moins souvent. Sa couverture a clairement servi à son achat conscient et me rappelle à quel point malgré ma maladie, une énergie au fond de moi voulait que je m’en sorte. Ce journal témoigne de ma résilience et de mon combat contre cette maladie qu’on a tendance à sous-estimer. Il m’arrive de relire quelques pages, et de me féliciter du chemin parcouru pour avoir repris les rênes de ma vie. Combiné avec ma thérapie, ce cahier m’aidait à rassembler mes peurs et angoisses afin d’en discuter avec mes différent.e.s soignant.e.s, qui m’encourageait grandement à continuer de le tenir.

Écrire pour apprécier la vie

Une de mes thérapeutes m’avait incitée à démarrer une liste de gratitudes quotidiennes. Exercice très difficile puisqu’il a débuté au plus fort de la maladie. Et je ne regrette pas depuis de m’y être prêtée et pour cause, je continue toujours de noter 2 à 3 gratitudes par jour, cette fois dans un petit agenda. J’avais tentée de les inscrire dans mon bullet journal, sauf que j’avais tendance à ignorer la collection en question, qui manquait d’ailleurs d’espace. C’est depuis devenu une belle habitude, et il m’est beaucoup plus facile désormais d’y inscrire les belles choses que la vie m’a offerte durant la journée.

Écrire pour me comprendre

Tout comme le journal intime, qui a aussi favorisé mon introspection, d’autres carnets au format plus réduit, m’ont aidé à suivre mes habitudes et fonctionnements, notamment sur l’alimentation et mes activités sportives 😬. Pour le moment, je suis dans une phase d’observation et à l’avenir j’envisage de mettre en place de meilleures routines, sur du long terme.

 

Écrire pour apprendre et créer

Il m’arrive de craquer sans raison apparente sur des petits carnets, et je ne dois pas être la seule ! Et heureusement, vient un moment où je leur trouve une utilité. Ces dernières temps, j’y répertoriais les cours en ligne que je suivais, également les conférences que j’étais amenée à suivre. J’ai également acquis un plus grand carnet, dont les pages sont détachables, que j’emploie dans mes activités manuelles comme la couture ou le tissage. Dans ces cas précis, je vais y noter et dessiner les modèles que je souhaite créer. Je continue également d’y noter ce que j’apprends lors des MOOCs que j’arrive à suivre 😅.


Il est indéniable que l’écriture personnelle offre des bienfaits autant psychiques que pragmatiques. Les outils autant que les supports d’écriture passionnent et viennent s’inscrire dans la recherche de plaisir, ce qui explique un engouement pour les objets de papeterie. Je ne peux nier ma passion – somme toute mesurée – sur la papeterie, également présente chez mes consoeurs et confrères BuJoteu.r.se.s 😂 et qui m’amènera dans un futur proche à vous partager ce que j’utilise au quotidien pour laisser ma plume sur le papier.

Les podcasts du moment 001

Temps de lecture : 5 mn

Les articles, les blogs et les livres ne sont pas les uniques supports que je m’emploie à suivre pour apprendre. Depuis cette année, je me suis mise à l’écoute de podcasts, qui s’avèrent être un format pratique à découvrir, puisqu’une écoute peut se faire de plusieurs manières : au volant, en marchant avec ses écouteurs, en prenant son petit-déjeuner, au réveil ou au coucher…  Tout comme les autres médias, je mets un point d’honneur à scrupuleusement être au fait des dernières publications et à m’abonner aux radios qui m’inspirent. Aujourd’hui, je vous partage ma sélection de podcasts du moment, en vous invitant à les écouter si l’occasion se présente.


Se Sentir Bien, d’Esther Taillifet

Podcast Se Sentir Bien Comme le nom de son podcast l’indique, Esther présente du contenu pour devenir son propre coach : comprendre ses émotions, le fonctionnement de nos pensées, les limitations que nous nous imposons… Son approche didactique est très accessible et correspond en tout point aux découvertes que j’ai pu faire dans le développement personnel. En complément de ses émissions, elle propose des sessions de coaching, que l’on peut suivre sur un mois à moindre coût.

Peut-être la connaissez-vous déjà, elle créé d’autres contenus sur sa chaîne Youtube, j’étais par le passé déjà tombée sur une de ses vidéos.

Je suis une auditrice assidue, et j’ai écouté toutes ses émissions. Le podcast que je préfère ? « L’indépendance émotionnelle » , qui revient sur le contrôle et la maîtrise unique de nos émotions et non celles des autres. J’aurai le loisir de revenir sur ce sujet dans un prochain article.

Son site : http://sesentirbien.coach/

Les Bulles Nomades, de Florie

Photos les bulles nomadesLes bulles nomades sont un type de podcast particulier que l’on nomme « streecast« . En effet, le but pour l’animat.eur.rice est d’enregistrer son émission de manière spontanée, sans aucun travail de montage ou de son. On se retrouve à écouter des gens nous parler depuis leur voiture, lors de leur promenade ou trajet du matin. C’est un format que j’apprécie, car il apporte une touche plus humaine, et ne dure (en général) pas très longtemps. Les créat.eur.rice.s se focalisent sur une idée, et nous la partage le plus naturellement possible.

L’émission des Bulles Nomades est la première de ce type que j’écoute. Et comme celle d’Esther, Florie évoque beaucoup de sujets qui me parlent à l’heure actuelle, notamment le minimalisme, la simplicité, les habitudes, la consommation, etc. Elle a tout récemment lancé son podcast, dans lequel elle s’intéresse en profondeur au minimaliste et à la simplicité. Son nom ne peut pas être plus évocateur : Simple & Cité.

Mon épisode préféré ? J’ai particulièrement aimé le 001, intitulé « Humanitude » , le terme qui défini à merveille notre caractère humain, celui qui nous empêche de pouvoir tout faire ! Et qui déculpabilise.

Son blog et podcasts : http://www.lanifeenlair.com/pages/podcast – Découvrir d’autres streecasts ici.

Change ma vie, de Clotilde Dusoulier

Photo change ma vie Voici l’émission qui a tout déclenché ! Celle qui m’a initié à l’écoute des podcasts. J’ai l’impression que depuis cette découverte, le nombre d’émissions dédiées au développement personnel ne cesse de croître.

Clotilde Dusoulier nous propose des « outils pour l’esprit« . Elle rejoint également Florie et Esther sur de nombreux sujets, ou plutôt l’inverse, je dirais qu’elles la suivent puisque Clotilde est sur la scène « podcastiques » (nouveau mot que l’Académie Française n’est pas prête d’accepter) depuis plus longtemps. Selon moi, elle est aux prémices d’un mouvement ou du moins d’une prise de conscience de notre choix de vie et des améliorations que l’on peut soi-même y apporter. Depuis que je l’écoute, je tombe souvent sur de nouvelles émissions proposant également le même type de contenus, ce qui démontre un réel engouement à parler de nos vies, et des outils pour faciliter et apprécier nos existences. Mon blog lui même s’inclut dans cette démonstration 😉

L’émission que j’ai préféré ? « Nos pensées créent notre réalité » , émission faisant partie d’une série dédiée à la fameuse « Loi de l’Attraction ». Ce que j’apprécie dans son discours, c’est qu’elle explique son ressenti face à cette représentation, en gardant les points qui lui paraissent plus pragmatiques, et elle se rapproche également de la vision que je m’en faisais.

Son site : https://www.changemavie.com/

Simone et les philosophes

Cover Simone et les philosophesChangement de registre pour ce 4e podcast, qui traite de la philosophie et répond à des questions existentielles et contemporaines.  En plus de cela, l’animatrice propose des outils pour déceler et contrecarrer le sexisme ordinaire ! Dans chacune de ses émissions, elle accompagne ses réflexions de citations d’ouvrages classiques et d’essais, et à plusieurs j’étais ravie de réaliser en avoir dans ma bibliothèque, ce qui facilitait grandement la compréhension du sujet. J’ai énormément apprécié me sentir en connexion avec elle sur les différentes matières qu’elle expose. Et elle m’a réconciliée avec la philosophie.

L’épisode que j’ai le plus aimé est le tout premier, « La vie est-elle assez longue ? » car il résonnait en tout point à des pensées que j’avais en tête à l’époque. Je n’ai pas été déçue de la suite. Je regrette juste que le dernier épisode à ce jour date d’il y a un mois, j’espère qu’elle reviendra rapidement sur les ondes.

Son site : http://simoneetlesphilosophes.fr/ 

Transfert, par Slate.fr

Cover Transfert de SlateJe termine cette sélection par cette pépite ! C’est toujours un plaisir d’écouter les récits mis en son par l’équipe de Slate. On y découvre les histoires incroyables vécues par des gens normaux et dont la narration nous passionne. J’aime beaucoup découvrir à chaque numéro une nouvelle voix, et ressentir le caractère profondément humain de chaque parole et de chaque ressenti. Je ne pense pas avoir pu tout écouter, mais je me rappelle en avoir enchaîné un certain nombre notamment lors de mes sessions couture.

Le dernier épisode qui m’a marquée est celui de Margot, « L’histoire d’un glissement vers l’enfer » , qui revient sur son projet de suicide alors qu’elle affronte une sévère dépression. Bien évidemment c’est un sujet qui m’a beaucoup touchée et l’exposé de son mal-être renvoie la nature implacable de la maladie.

Le site des podcasts de Slate : http://www.slate.fr/podcasts

Je vous invite également à écouter les 3 épisodes de la série « Nous et les autres » qui décrypte la construction et le fonctionnement du racisme institutionnel. Ce podcast a été réalisé en partenariat avec le Musée de l’Homme lors de l’exposition du même nom « Nous et les autres, des préjugés au racisme ».


L’engouement pour les podcasts est récent en France, alors qu’aux États-Unis ils sont très bien installés dans la sphère médiatique. Parmi les podcasteurs et podcastrices cité.e.s ici, bon nombre ont été inspiré.e.s par les réalisations américaines et j’entreprends dans les prochains jours de découvrir leurs créations. Cela rejoint ma volonté d’améliorer mon anglais, notamment au niveau de l’écoute. Je continue de repérer d’autres créateur.rice.s de podcast sur la scène francophone, et j’ai déjà quelques noms qui risquent d’apparaître dans une future sélection